LIBERTé

Ce film a été réalisé très rapidement et collectivement avec Cédric Drollée, JM et Dadou sur une plage du Finistère Nord…

à visionner ICI

 

Publicités

Rencontres d’ailleurs : Notre colère

photogramme du film

Ce film a été co-réalisé avec Julien Mad Dog. Nous nous sommes retrouvés lors des Rencontres d’ailleurs et inspirés par le thème proposé par certains nous avons choisit le faire au dire. Guidés par notre colère, nous avons commencé par écrire deux dialogues qui serviront de base à ce film dans lequel le son a une grande importance. Ensuite, avec l’aide de certains participants aux rencontres, nous avons tourné les images dans le bâtiment même où avaient lieu ces rencontres. A l’issu du week-end, la première version du film a été diffusée. En voici, le montage final.

Kabaret MOSSET

Photogramme Chris

Voici le film que j’ai réalisé au mois de juillet dernier à Mosset dans les Pyrénées Orientale. J’ai croisé la route d’un habitant du village qui souhaitait participer à une expérience filmique autour de son travail de plasticien. Merci Christophe! et Merci Gyöm pour la rencontre musicale! La musique à été improvisée et enregistré dans la capelleta de Mosset.

Ensuite, nous avons collaboré avec Romain sur un film autour de la thématique Parasites et Fermentation. Prochainement en ligne…

Ma Bro

Projet de documentaire en écriture

robe003

Synopsis
Je vous raconterai des bribes de mon existence afin que vous puissiez me traverser… Je serai votre guide pour une visite touristique de l’intime inscrite dans un roman familial.

Bleue
Jusqu’à mes 10 ans, jusqu’à ce que les caravanes soient délogées de la dune, j’ai passé mes vacances à la mer. A Guissény. Sans savoir pourquoi là-bas, sans qu’on me le dise, sans interroger. Aujourd’hui, je reviens vers elle. J’avance vers ma mère. Elle porte une écharpe bleue électrique et s’appuie à une béquille.
Même saturée, cette couleur me refroidi, elle me rappelle les frigos de l’usine dans lesquels a travaillé cette femme que j’approche avec maladresse.

Verte
Il a fallut inventer le féminin pour sortir cette couleur de l’homonymie. Papa, je ne suis pas un garçon. Au centre du spectre, le vert. Au centre du corps, le sexe. Le mien est une caverne où l’on trouve quelques plantes qui prennent leurs racines à l’intérieur et s’épanouissent vers l’extérieur. Sur les ruines d’une discothèque, non loin de ma mer, la végétation a tagué nos souvenirs de sa vitalité créatrice. J’y sors pour y chercher le père.

Noire
De retour à la caverne, dans l’espace du secret, je gratte la pellicule pour donner une vie nouvelle aux épisodes ratés. Je découvre des images que je connaissais déjà mais que j’avais réussi à oublier. Je pars pour enterrer cette image. Sur ma route, je suis poursuivie par les morts qui me supplient de continuer.

Rouge
Quand je parcours les photos de famille, j’ai l’impression de contempler une bande d’éclopés. Sous certains angles, l’intimité de l’histoire donne accès aux blessures individuelles. Derrière les sourires et les lunettes de soleil, l’oeil saigne.
Ne surtout pas porter de rouge. Ne surtout pas se faire remarquer.
Quand la colère monte, j’ai comme un besoin de danser.

Jaune
Quand on regarde le soleil, on se brûle. Sauf si on veut imprimer quelque chose sur sa rétine. Tatouées, fixées, les expériences de nos regards. Pour transmettre. Amour en cage et vie de tribu… Doit-on vraiment continuer ?

Blanche
Pour mon dernier jour de lycée, je suis déguisée en Innocence avec une longue robe blanche assez simple et brodée, la tignasse figée par des fils de fer. Folle et sage à la fois.
Je n’ai rien promis à personne. Par quel pacte secret suis-je encore attachée à ces valeurs invisibles propriétés intellectuelles de la famille. Quelle famille ? Avant eux, j’étais qui ? Blanche dans la neige, sans tâche et sans histoire.
Et si le blanc était une couleur à part entière ?

Voici Bleue, un film-esquisse réalisé il y a un an. Ce film est à la genèse du projet de documentaire actuellement en écriture.

Le jour et la nuit

Le jour et la nuit est un film co-réalisé avec Cédric Drollée et tourné à Bécherel (Bretagne) en août 2013.

C’est un film centon : une oeuvre plastique et littéraire construite à partir dʼautres oeuvres littéraires.

Merci aux auteurs qui nous ont inspirés!

Le jour et la nuit est lʼhistoire dʼune rencontre particulière entre Jojo, libraire à Bécherel, et son voisin.
Le personnage de Jojo est largement inspiré de la vie et de la personnalité de Jocelyne Lebrun, réellement libraire à Bécherel. Jojo est une femme secrète, passionnée par les livres, casanière, décalée dans le temps, enfermée dans lʼespace de sa librairie à la lanterne rouge: On the road.

Le personnage de l’homme est tenu par Bernard Granger, comédien professionnel installé en Bretagne.

Sans titreextrait de Gros Calin, Romain Gary

Les extraits de textes structurant le film sont utilisés en tant que motifs visuels et sonores. Phrases, mots et lettres sont vus et entendus. Les extraits sonores débordent tels une voix intérieure sur les actions qui se déroulent. Ils sont intégrés au film à la manière dʼune voix-off. Les passages des livres sont lus par la voix du personnage qui les a choisis. Leur propre voix intérieure résonnant sur lʼhistoire, apportant à lʼaction une autre dimension, celle de la corde sensible vibrante de nos personnages. Ces personnages intimement passionnés et quasiment muets sʼexpriment à travers les textes des autres. Ces textes tissent la trame de notre histoire, font avancer la relation entre Jojo et son voisin.

(extrait de la note de co-réalisation)

Ce court-métrage a été écrit dans le cadre d’un appel à projet initié par l’ARBRE (Association de Réalisateurs BREtons) sur le thème « Bécherel, cité du livre ».

Il a ensuite été réalisé avec le soutien matériel des associations Zéro de conduite et Docabilly.

Affiche jour et nuit
Affiche fabriquée par Jocelyne Lebrun